Après mon article sur Le cycle menstruel et la performance, j’ai continué mes recherches en terme d’alternatives naturelles pour palier cette inflammation chronique qu’est l’endométriose, et tous les désagréments et douleurs qui s’en suivent.
Après avoir consulté des naturopathes, homéopathes et m’intéresser au quotidien au pouvoir des plantes, ma curiosité fut attisée par le Seed Cycling (littéralement : Le cycle des graines).

C’est une méthode on ne peut plus naturelle à base de quatre types de graines à consommer tout au long du cycle en fonction des deux phases (folliculaire et lutéale). Ainsi, des superaliments qui peuvent grandement aider aux symptômes féminins.
Ce protocole doit être effectué selon le cycle menstruel s’il est régulier ou selon les phases du cycle lunaire si le cycle est irrégulier ou si aménorrhée.
Par exemple, il faut commencer par la phase 1 du protocole le premier jour de la nouvelle lune et commencer la phase 2 environ 14 jours plus tard, lorsque la lune est pleine.

Le Seed Cycling peut aider à équilibrer les hormones, atténuer les symptômes du syndrome prémenstruel, déclencher un cycle en cas d’aménorrhée et aider à la libération de certaines hormones. La méthode peut aussi aide à lutter contre l’acné hormonale, les saignements anormaux, la fatigue, la stérilité, les problèmes de sommeil et les menstruations irrégulières généralement associées aux déséquilibres.

Seed Cycling – Principes

Toute la théorie derrière le Seed Cycling résulte au fait que la consommation de certaines graines à certains moments du cycle menstruel peut être bénéfique pour le corps. Ces graines contiennent certaines vitamines, huiles et nutriments qui peuvent apparemment aider la production, la libération et le métabolisme des hormones de façon naturelle.
Cela ne veut pas dire que cette méthode  va guérir tous vos problèmes hormonaux, mais cela peut aider à soutenir votre parcours vers un cycle et un équilibre hormonal plus sain. S’il est possible qu’une graine puisse supporter le corps, atténuer les symptômes du SPM, équilibrer les hormones et augmenter la fertilité, pourquoi ne pas essayer ?

La dose est d’une cuillère à soupe chaque jour, pour les deux types de graines et les deux phases.

  • Jours 1 à 13 (le premier jour de vos règles): 1 cuillère à soupe par jour de graines de lin et/ou de courges pour stimuler l’œstrogène.

Les jours 1 à 13 correspondent à la phase menstruelle et folliculaire. Le premier jour du cycle est considéré comme le premier jour du cycle menstruel, lorsque les premiers saignements apparaissent. Les graines de lin et de courges peuvent stimuler l’œstrogène, ce qui contribue à soutenir ces phases.

  • Jours 14 à 28 : 1 cuillère à soupe par jour de graines de sésame et/ou de tournesol pour stimuler la progestérone.

Les jours 14 à 28 correspondent à la phase d’ovulation et lutéale, c’est-à-dire lorsque le corps recherche un supplément de progestérone. Les graines de sésame et de tournesol sont parfaites pour cela.

Vertus des graines, leur action hormonale

Source : Whitney Wellness

Phase 1 – Folliculaire

Durant la phase folliculaire, le but est d’augmenter le taux d’œstrogènes pendant les 15 premiers jours. On va choisir ici les graines contenant le plus de phytoestrogènes : Les graines de Lin et de Courge.
Les phytoestrogènes sont une source d’œstrogènes issus des plantes qui s’adaptent aux niveaux hormonaux. Ils augmentent les niveaux d’œstrogènes où c’est nécessaire, mais ils peuvent aussi réduire l’excès d’œstrogènes. Ils servent ainsi de régulateurs.
En plus des phytoestrogènes, les graines riches en oméga 3 sont également bénéfiques, car elles aident à réduire l’inflammation, à réguler les niveaux de FSH (Hormone folliculo-stimulante) et à soutenir la fonction reproductrice.

Graines de lin

  • Teneur élevée en lignanes qui aident à bloquer l’excès d’oestrogène afin qu’il puisse être éliminé du corps. Ils sont également connus pour protéger contre les cancers liés aux hormones tels que les cancers du sein et de la prostate.
  • Riche en oméga 3.

Graines de Courge

  • Riche en zinc, qui prépare le corps à la sécrétion de progestérone dans la phase suivante.
  • Riche en oméga 3.

Huile de poisson

  • Contient de l’EPA et du DHA, des acides gras oméga 3 importants que l’on ne trouve que chez les poissons d’eau froide.
  • Teneur élevée en lignanes.

Phase 2 – Lutéale

Vient ensuite la phase lutéale, qui devrait durer au moins dix jours. Toute autre durée est un indicateur clair de faible progestérone. La phase lutéale est provoquée par la chute soudaine des œstrogènes, de la FSH (Hormone follicule-stimulante) et de la LH (Hormone Lutéinisante). C’est à ce moment que les niveaux de progestérone devraient commencer à augmenter progressivement.

La progestérone maintient de façon saine les niveaux d’œstrogènes et la fonction ovarienne.
Il est donc essentiel de conserver des taux dits « normaux » :
Inférieurs à 1,5ng/ml pendant la phase folliculaire (en-dehors de toute grossesse)
entre 0,7 et 4ng/ml durant l’ovulation,
et entre 2 et 30ng/ml pendant la phase lutéale.

Au cours de cette phase, nous voulons nous concentrer sur les oméga 6, qui se transforment en acide gamma-linolénique (GLA) dans l’organisme, soutenant les niveaux de progestérone et réduisant l’inflammation liée au syndrome prémenstruel.
Les graines les plus intéressantes sont ici celles de Sésame et Tournesol.
En plus du Seed Cycling, une supplémentation en huile d’onagre pendant la phase lutéale peut également être utile, car c’est une autre source d’oméga 6.

Graines de Sésame

  • Teneur élevée en lignanes pour moduler les niveaux d’œstrogène et de progestérone.
  • Haute teneur en oméga 6 (qui se transforme en GLA (acide gamma-linoléique) dans le corps)

Graines de Tournesol

  • Teneur élevée en sélénium, un oligo-élément qui soutient la fonction hépatique dans son processus de détoxication et par conséquent son équilibre hormonal global.
  • Haute teneur en oméga 6 (qui se transforme en GLA dans le corps)

Comment les consommer ?

Personnellement je consomme les graines directement dans mon porridge du matin.
Je mets 1 grosse cuillère à café de chaque graine en fonction du cycle et je les pile au mortier (ou moulin à café avec une petite lame) avant de les incorporer à mes préparations.
Les graines vont très bien dans les smoothies, dans les porridges, ou simplement telles quelles.
On peut les consommer sous leur forme de purée, en particulier les graines de sésame qui sont l’ingrédient principal du Tahini, et c’est délicieux avec une cuillère de miel !
Attention à prendre des graines crues, non salées, et biologiques !
Il faut les consommer au jour le jour, et surtout ne pas les piler en quantités à l’avance, c’est certes plus pratique mais les graines vont rancir et perdre tous leurs bienfaits. Il faut des grains fraichement moulus chaque jours.


Mon expérience

Comme pour tout ce qui attrait à la santé, je ne milite pas pour des règles, des méthodes universelles ou des façons académiques de faire.
A titre personnel, je ne me prends pas trop la tête. Il est beaucoup plus facile de mettre en place des choses sur du long terme en pratiquant avec souplesse et flexibilité.
C’est une aide naturelle qui, au-delà des bienfaits au niveau hormonal, apporte une multitude de vertus en terme de nutriments et d’oligo-éléments, de bonnes graisses et de protéines qui ne peuvent qu’être bénéfiques (si pas d’allergie bien sûr).
En terme de résultats, bien que vous remarquiez des changements au cours du premier mois, il faut généralement environ 3 à 4 cycles (mois) pour constater une amélioration significative des symptômes liés aux règles.
Il faut savoir être cohérent avec son corps, faire preuve de confiance et de patience.

Sources :
https://theherbalacademy.com/seed-cycling-for-hormonal-balance/
https://nicolejardim.com/seed-cycling/
https://www.mindbodygreen.com/articles/seed-cycling-benefits-and-how-it-works
https://www.livestrong.com/article/523346-flaxseeds-and-menstruation/
https://www.leefromamerica.com/blog/seedcycling